MISE AU POINT

Henri Foucault, photographier, sculpter et vice versa

Du 4 avril au 18 mai, la Galerie Bigaignon consacre une exposition à l’oeuvre d’Henri Foucault. Intitulée “Le corps, infiniment” elle permet de découvrir en profondeur le travail de l’artiste autour du corps et de ses représentations, à mi-chemin entre photographie et sculpture.

© Henri Foucault, Courtesy Galerie Thierry Bigaignon, 2019

De la sculpture à la photographie

Henri Foucault est diplômé des Beaux-Arts de Paris et c’est d’abord avec la sculpture (abstraite) qu’il débute son parcours artistique. Quand il choisit finalement la photographie, Foucault le fait avec les outils de la chambre noire et les méthodes de la sculpture. Pour lui, la photographie ne va pas sans une recherche sur les matières, les profondeurs et les formes. Et Dominique Païni, commissaire d’exposition, de souligner à son sujet: “Photographier et sculpter, sculpter et photographier, c’est cette alternance qui s’accomplit dans l’œuvre d’Henri Foucault ». Ou comme le souligne encore, avec beaucoup de justesse, Alix Agret dans son préambule à l’exposition : “les images d’Henri Foucault conjurent la planéité photographique transformant la photographie en médium de la trois dimensionnalités. Comme si, avec un brin de facétie, c’était précisément à travers elle que Foucault tenait à démontrer après Rodin qu’il faut toujours considérer une surface comme l’extrémité d’un volume”.

© Henri Foucault, Courtesy Galerie Thierry Bigaignon, 2019

De cette formation aux beaux arts, on trouve également trace dans son goût pour la manipulation des supports et des techniques. Fréquemment Foucault recourt à la technique du photogramme (pas d’appareil photo, les sujets sont directement exposés face à une planche photosensible), il déchire ses photographies, les surexpose, les sature. Des manipulations physiques qui confèrent à son travail une dimension fortement sensorielle et cinesthésique ; d‘autant que le corps y est au coeur.

© Henri Foucault, Courtesy Galerie Thierry Bigaignon, 2019

Les multitudes du corps mises à nu

Cette approche physique, comme une chirurgie poétique, donne lieu à d’impeccables compositions. Ombres, lumières, compositions, matières, staging : autant de choix minutieux qui se relèvent comme des indices dans le travail de Foucault et qui permettent de dire les corps autrement. Si parfois ils disparaissent même, c’est toujours leur dimension poétique qui est mise à nue, qu’il s’agisse de corps chauds, froids, impersonnels. Ce qui est dit au travers de ces photographies ce sont les multitudes du corps, ses possibles. Les interventions du photographe apparaissent comme des touches impressionnistes et permettent de dire avec beaucoup de délicatesse des empreintes, des auras, les sensations et peut-être même, les sentiments du corps.

© Henri Foucault, Courtesy Galerie Thierry Bigaignon, 2019 

© Henri Foucault, Courtesy Galerie Thierry Bigaignon, 2019

 

Henri Foucault «Le corps, infiniment"

Du 4 avril au 18 mai 2019

Galerie Thierry Bigaignon, 3 rue Charlot, 75003 Paris

02 May 2019 par Sophie Puig

Populaire

MISE AU POINT

Wim Wenders par Wim Wenders

Du 18 au 22 avril, une installation visuelle conçue par le cinéaste Wim Wenders prendra ses quartiers sous la nef du Grand Palais à Paris. Le commissaire de l’exposition Jérôme Neutres, qui est à l’origine de l’idée, a répondu à nos questions.

12 Apr 2019 par Jean-baptiste Gauvin
MISE AU POINT

Par la fenêtre d’André Kertész

La galerie Bruce Silverstein à New York présente jusqu’au 4 mai la série Window Views d’un des pionniers de la photographie : André Kertész. Depuis son déménagement aux États-Unis en 1952, jusqu'à sa mort en 1985, le photographe hongrois a photographié avec méditation de la fenêtre de son appartement du 12e étage donnant sur Washington Square Park.

17 Apr 2019 par Claire Debost
MISE AU POINT

Les mises en scène acides et féroces de Miles Aldridge

Jusqu’au 4 mai la Galerie Christophe Guye (Zürich) consacre une exposition au photographe anglais Miles Aldridge. Intitulée « Screenprints, Polaroids and Drawings », elle présentera, aux côtés de certaines de ses oeuvres les plus célèbres, son travail en sérigraphie et certains de ses travaux préparatoires (polaroïds, dessins).

29 Mar 2019 par Sophie Puig

Articles similaires