MISE AU POINT

Les vertiges colorés de Baptiste Rabichon

Le jeune photographe expérimente de nouvelles façons de faire de la photographie. Avec deux scanners, il livre une étonnante série où un chaos visuel s’empare d’un monde clôt. Un travail à voir à la Galerie Binôme à Paris.

#041, série Chirales, 2014-19, courtesy Galerie Binome

Ce sont des taches de peinture posées ici ou là, dans une sorte de danse que ferait le pinceau et qui donnerait un tourbillon coloré, différentes teintes associées dans une mêlasse éclatante. En se servant de deux scanners qu’il met l’un sur l’autre et sur les vitres desquels il étale des flots de peinture, Baptiste Rabichon explore l’aspect pictural de la photographie et interroge ses limites. Sa série qu’il a entamé à l’école du Fresnoy en 2014 est intitulée Chirales, d’après le principe de la « chiralité » qui consiste dans le fait qu’un composé chimique n’est pas superposable à son image dans un miroir. Ainsi, les tableaux de Baptiste Rabichon donnent l’illusion d’un envers et d’un endroit dans des dytiques savamment mis en scène, mais qui ne se superposent pas.

#001, série Chirales, 2014-19, courtesy Galerie Binome

Bizarrerie

Là est peut-être la feinte de l’artiste qui provoque en nous un remous alors que nous nous trouvons devant le résultat de ce geste étrange. Surtout, parce que les deux scanners s’embrassent, les images qui en résultent offrent un arrière-plan complexe où s’ajoutent plusieurs couches. Parfois c’est un doigt de Baptiste Rabichon qui traine sur la photographie et introduit une strate supplémentaire à l’ensemble de l’œuvre. Parfois c’est seulement la différence entre la peinture collée à la vitre et celle qui demeure sur l’autre versant du scanner. Parfois, une bizarrerie virtuelle échappe au procédé et vient étendre le domaine de la teinte dans des extrémités fluo et arc-en-ciel. Le tout donne un ensemble de flou coloré et augmente l’effet de vertige que nous pouvons sentir par la mise en abîme de l’arrière-plan, profondeur soudaine et surprenante qui nous attrape l’œil.

#029, série Chirales, 2014-19, courtesy Galerie Binome 

#010, série Chirales, 2014-19, courtesy Galerie Binome 

#045, série Chirales, 2014-19, courtesy Galerie Binome

 

Baptiste Rabichon « Chirales »

Du 8 février au 16 mars 2019

Galerie Binôme 19 Rue Charlemagne, 75004 Paris

28 Feb 2019 par Jean-baptiste Gauvin

Populaire

MISE AU POINT

Wim Wenders par Wim Wenders

Du 18 au 22 avril, une installation visuelle conçue par le cinéaste Wim Wenders prendra ses quartiers sous la nef du Grand Palais à Paris. Le commissaire de l’exposition Jérôme Neutres, qui est à l’origine de l’idée, a répondu à nos questions.

12 Apr 2019 par Jean-baptiste Gauvin
MISE AU POINT

Yan Morvan : les faces d’une guerre

Avec sa série sur le conflit au Liban dans les années 1980, le photojournaliste a réussi à rendre palpable les divers acteurs et lieux de l’événement. Son travail est présenté à la Galerie Folia à Paris et dans un livre publié aux éditions Photosynthèses.

26 Mar 2019 par Jean-baptiste Gauvin
MISE AU POINT

Par la fenêtre d’André Kertész

La galerie Bruce Silverstein à New York présente jusqu’au 4 mai la série Window Views d’un des pionniers de la photographie : André Kertész. Depuis son déménagement aux États-Unis en 1952, jusqu'à sa mort en 1985, le photographe hongrois a photographié avec méditation de la fenêtre de son appartement du 12e étage donnant sur Washington Square Park.

17 Apr 2019 par Claire Debost

Articles similaires

MISE AU POINT

Marie Clerel : graver le ciel

L’artiste invente un dispositif qui lui permet de capter les variations des jours et de la nuit. Un travail sensible où elle utilise le médium photographique dans sa forme la plus primitive afin de révéler les traces de lumière. Une exposition à voir à la Galerie Binome à Paris.

09 Apr 2019 par Jean-baptiste Gauvin