MISE AU POINT

Kodak ressucite l'Ektachrome

Personne ne s’attendait à un retour d’un film argentique aussi emblématique que l’Ektachrome. Et pourtant, c’est ce qu’a annoncé l’entreprise américaine Kodak, lors du CES (Consumer Electronics Show) de Los Angeles, en janvier 2017. Après plus d’un an d’attente et de nombreux teasing, elle fait son retour sur le marché. Et il est annoncé dans les jours à venir.

ektachrome kodak pellicule

Après le retour, plus discret, du film argentique noir et blanc T-Max P3200, il y a quelques mois, Kodak s’apprête à commercialiser un de ses films les plus connus autrefois. Mis à mal par l’arrivée du numérique au début des années 2000, l’entreprise s’est retrouvée au bord de la faillite financière. Elle espère maintenant surfer sur l’engouement du procédé analogique et retrouver une place importante dans le secteur.

ektachrome capture instagram

En effet, la marque américaine n’a pas anticipé le tournant qu’allait prendre la photographie avec l’avènement du numérique. Pourtant, elle est la première à s’intéresser à la photo digitale, grâce à l’un de ses ingénieurs, Steve Sasson, en 1973. Mais le projet de cet appareil photo capable de transformer un flux lumineux en signaux électriques fut mis au placard par la direction de Kodak qui craignait que l’arrivée de ce boîtier fasse baisser leurs ventes de pellicules argentiques. C’est donc seulement au milieu des années 90 que le projet fut revu et commercialisé, mais d’autres fabricants venaient également d’en mettre sur le marché. Il ne fit pas grande impression auprès du public, et cet échec commercial a marqué le début d’une faillite certaine de la firme, qui l’a contraint à s’effacer du marché photographique et discontinuer la production de certains de ses produits, dont l’Ektachrome qui s’arrêta fin 2012. En cause : la très faible demande des consommateurs pour ce film argentique et des coûts de production plus élevée que le reste des consommables fabriqués par Kodak Alaris.

 

ektachrome photo test instagram

Une des photos tests réalisées par Kodak avec l’Ektachrome

Un film argentique un peu particulier

Il aura donc fallu seulement 5 ans à Kodak pour remettre en marche les machines de production de son emblématique film argentique, l’Ektachrome. Apparu dans les années 40, cette pellicule à la particularité de donner, une fois son développement réalisé, un positif sur le support sensible. L’image est donc déjà observable avec les bonnes couleurs. Contrairement au procédé négatif, où chaque teinte est représentée, sur le film, par sa complémentaire dans le cercle chromatique RVB et donne donc une image négative.  

On appelle communément ces pellicules des diapositives ou films inversibles.

Du temps de la photographie argentique, les films inversibles étaient beaucoup plus populaires que les films négatifs, principalement parce que ces derniers possèdent un défaut dans sa composition qui fausse plus ou moins le rendu des couleurs. Les photograveurs, techniciens chargés de la reproduction d’images ou de textes à destination de la presse, la publicité et la mode n’acceptaient de travailler qu’avec des pellicules inversibles, car la visualisation en positif leur permettait de déterminer la tonalité et le contraste rapidement. Le film positif était donc plus indiqué et plus utilisé dans un cadre professionnel.

ektachrome photo kodak instagram

Une des photos tests réalisées par Kodak avec l’Ektachrome

Un retour encourageant

L’annonce du retour de l’Ektachrome a suscité un vif enthousiasme chez les photographes argentiques. Elle ravive à la fois la nostalgie de ceux qui l’ont connu et permet aux plus jeunes générations d’utiliser une pellicule que l’on n’espérait plus revoir. Mais son retour n’est pas un hasard. Depuis environ 5 ans, le secteur de la photographie analogique se porte un peu mieux. Un marché de niches se forme autour de ce médium créant ainsi une nouvelle demande croissante. La photographie argentique n’est maintenant plus opposée au numérique, elle est devenue une pratique complémentaire à cette dernière.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’un fabricant annonce la commercialisation d’un film, une quinzaine d’années après l’essor du numérique. Le retour d’une pellicule argentique emblématique est sûrement le signe d’un médium photographique qui se relève après avoir été en bonne voie pour disparaître.

kodak ektachrome instagram

3 types de films argentiques proposés, dont 2 formats vidéo.

Pour les amateurs de Super 8 et 16 mm, on pourra retrouver l’Ektachrome sous ces deux formats, en plus du 24x36 argentique. L’occasion de pouvoir découvrir ou redécouvrir la vidéo argentique.

Cependant, aucune nouvelle concernant une sortie du film pour les moyens et grands formats.

La Kodachrome, que Kodak avait également évoquée comme retour possible lors de l’annonce de l’Ektachrome, n’est sûrement qu’un effet d’annonce puisque les contraintes environnementales actuelles empêchent son grand retour, le procédé chimique de ce film particulier étant extrêmement polluant.

Teaser de Kodak annonçant le retour de l’Ektachrome en photo et vidéo

Une sortie potentiellement stratégique

Expédiée le 26 septembre à destination des fournisseurs, l’Ektachrome est commercialisé en France depuis fin octobre dans les principaux points de ventes de matériel photographique. On la trouve aux alentours des 15 euros en 135 mm, soit 1 euro plus cher que son équivalent chez l’autre fabricant emblématique du marché de l’argentique, Fujifilm. Ce dernier a d’ailleurs tenu une communication ambiguë concernant l’arrêt de production de certains films, dont certaines pellicules inversibles. La marque japonaise pourrait très bien cesser la fabrication de consommables positifs dans les mois et les années à venir. Ce qui ferait de Kodak Alaris, la dernière entreprise à encore en produire.

kodak ektachrome film argentique

Le retour de l’Ektachrome pourrait assurer aux photographes argentiques la possibilité d’utiliser des films inversibles même si la marque japonaise décidait de se retirer totalement du marché. Dans ce contexte, Kodak pourrait réaffirmer sa position de leader sur le marché du consommable argentique.

Cependant, cela reste un défi difficile à relever, notamment par le fait que le développement d’un film inversible est assez onéreux et les laboratoires proposant ce service se font de plus en plus rares. On notera également que cette annonce est en quelque sorte incomplète puisqu’il n’existe plus d’entreprises fabriquant le papier pour tirer les images à l’agrandisseur. L’utilisation d’un positif se fait uniquement de manière numérique grâce à des scanneurs adaptés au médium analogique. On peut toujours espérer, si l’engouement pour l’Ektachrome ne se s’essouffle pas, le retour du papier argentique positif, tel que le Cibachrome produit également par Kodak. On pourrait alors pleinement exploiter cette pellicule particulière.

29 Nov 2018 par Juliette Deriot

Populaire

MISE AU POINT

Les fenêtres troubles de Merry Alpern

En attrapant ce qui se trame dans la salle de bain d’un peep-show, la photographe américaine a fait une série à la fois dérangeante et belle qui questionne le rapport entre femmes et hommes. Pour la première fois à Paris, la galerie Miranda expose cette magnifique série.

08 Mar 2019 par Jean-baptiste Gauvin

Articles similaires

MEERO STORIES

L’apparition de la couleur en photographie

La photographie couleur apparaît en 1868, d'abord grâce à des processus rudimentaires et compliqués d'utilisation. Outre les difficultés techniques, ce sont les mentalités, au début réticentes à l’innovation, qui ont dû être bousculées, notamment dans la photographie artistique et documentaire.

20 Nov 2018 par Baptiste Le guay