MISE AU POINT

20 ans après, les photos Magnum du conflit nord-irlandais

Il y a 20 ans, jour pour jour, l’Accord du Vendredi saint, aussi appelé Accord de Belfast, mettait fin au conflit nord-irlandais, une guérilla meurtrière ayant marqué l’Europe lors de la deuxième partie du 20ème siècle. Après une trentaine d’années de tensions et d’affrontements violents, c’est en effet le 10 avril 1998, officiellement, que la paix fut instaurée entre les républicains (principalement catholiques), et les loyalistes (principalement protestants).

Au cours des longues années de ce confit armé, les journaux papiers et télévisés ont documenté régulièrement les attentats et les assassinats qui avaient lieu dans les deux camps. De nombreux photographes de guerre étaient présents en Irlande du Nord. La coopérative de photographes Magnum revient, à l’occasion de la célébration des 20 ans des accords de paix, sur ses différents membres ayant participé à la documentation de la vie en Irlande du Nord entre les années 60 et la fin des années 90. Par ces différentes photographies, on sent la volonté des reporters de montrer le quotidien des habitants pendant le conflit et de proposer un autre regard, différend de celui des autres médias, ne montrant en général que le sang et les dégâts.

Chris Steele-Perkins – Un enfant avec des pierres dans les mains, durant des affrontements à Belfast en 1978 

Cette photo montre le paradoxe du métier de photoreporter, dont le but est de témoigner de la réalité des évènements qui ont lieu, mais qui, par sa présence, pousse les protagonistes parfois à se mettre en scène, à jouer pour la caméra, et le photographe ne peut se refuser de capter ces séquences-là.

Abbas - Un mur de séparation érigé par les autorités britanniques qui sépare les catholiques à gauche des protestants à droite en traversant un jardin d’une famille de la classe moyenne nord-irlandaise.

Philip Jones Griffiths - Un enfant s'amusant avec un soldat armé. Irlande du Nord, 1973.

Abbas - Un mur s’effondre après qu’une maison a été brulée, probablement par l’IRA

Le photographe Abbas voit la guerre civile irlandaise comme une revanche de la colonisation britannique qui eue lieu des siècles auparavant. Selon lui, la religion n’est qu’un prétexte aux affrontements. Au vu des similitudes entre les deux camps, qu’il considère comme étant « des semblables », la source des conflits ne réside, pour lui, que dans l’acceptation de la colonisation d’une part, et le refus de celle-ci de l’autre.

Abbas - Des enfants d’un quartier ouvrier jouant à la guerre, à laquelle ils assistent régulièrement.

Abbas - Une femme touchée par l'explosion d'une bombe de l'IRA dans le centre de Belfast.

Chris Steele-Perkins - Une voiture qui brûle en arrière-plan sème la confusion dans la ville. 

Ci-dessus, une étonnante photo qui témoigne du paradoxe entre la tentative de mener une vie normale avec ses routines (comme le laisse supposer la dame au milieu de l'image) et le spectre de la guerre qui se réveille par moments, sans prévenir, en rappelant la violence du climat qui régnait à cette époque en Irlande.

La photographie suivante est dans le même esprit. Les enfants jouent tranquillement et n'hésitent pas à s'approcher des soldats britanniques. Il y a une dissonance entre l'innocence et la liberté des enfants et la terreur au repos représentée par les soldats de l'armée de Grande-Bretagne.

Abbas - Un enfant regarde curieusement un soldat britannique en 1972.

Philip Jones Griffiths - Un soldat caché dans le jardin d'une femme qui tond sa pelouse

Le regard des photographes propose parfois des clichés à la limite de l'humour noir, dans lesquels la situation apparaît tellement absurde qu'elle semble irréelle, comme en atteste la photographie juste au-dessus. C'est cet état de guerre civile par affrontements ponctuels mais réguliers qui forçait les gens à mener un étrange mode de vie que l'on peine à imaginer.

Philip Jones Griffiths - Les boucliers en plexiglas qui protègent les forces de l'ordre font partie des images récurrentes du conflit en Irlande du Nord

Crédit Photos : Magnum Photos

10 Apr 2018 par Alexandre Nessler

Populaire

MISE AU POINT

Canon laisse tomber l'argentique !

Le géant japonais Canon a annoncé le 30 mai qu’il arrêtait la vente de son EOS-1V, dernier modèle de la marque qui produisait des photos argentiques. Sorti en 2000, ce modèle marque la fin de l'ère argentique chez Canon, pourtant sur le marché depuis plus de 80 ans.

01 Jun 2018 par Alexandre Nessler

Articles similaires

INSPIRATION

Les Festivals de photographie à ne pas rater cet été !

L'été est une formidable période pour prendre le temps de se ressourcer et refaire le plein de bonnes inspirations pour l'année à venir. La photographie est un bon moyen d'accéder à cette ouverture de notre esprit artistique et les festivals photo internationaux existent pour cela. Découvrez les meilleurs festivals de photo dans le monde qui auront lieu cet été.

20 Jul 2018 par Lisa Scarpa
MISE AU POINT

5 photographes de Festival à suivre cet été

Chaque été, les Festivals de musique sont les terrains de jeux des photographes adeptes de la fête et de l'ambiance joviale. Les éléments colorés et insolites ajoutés à l'émotion intense qui se fait sentir dans ces lieux hors du commun sont tout simplement idéaux pour obtenir de magnifiques photos. Retrouvez les 5 photographes à suivre cet été pour un aperçu incroyable des meilleurs festivals du monde.

06 Jun 2018 par Alexandre Nessler