INSPIRATION

Benita Suchodrev photographie un Blackpool trash dans ses clichés en noir et blanc

Un regard authentique

Benita Suchodrev blackpool groupe de jeunes

Crédit photo Benita Suchodrev 

La photographe est née en Russie puis a émigré aux États-Unis où elle a poursuivie des études d’art et de littérature jusqu’en 2008.

Laissant la vie se dérouler devant son objectif, Benita fige ses rencontres avec les habitants de cette ville. Un mouvement, une expression de visage ou des postures sont capturées pour saisir le moment décisif. Grâce à une bonne intuition, les photographies sont audacieuses avec un côté décalé. Plusieurs de ses projets documentaires (Milk & Honey, Berlin Bohème, High Society) sont exposés dans des collections privées à Moscou, Berlin et New York. Le point commun qu’ils partagent avec la série de photographies “48 hours Blackpool” est ce “noir et blanc” très contrasté.

Ils ont également le point commun d’être intenses, brutes sans pour autant tomber dans le piège du sensationnalisme.

Benita Suchodrev gens blackpool

Crédit photo Benita Suchodrev 

Une esthétique brute

Deux dimensions peuvent être observées dans le travail de Sochodrev, la première est le côté documentaire dans l'esthétique avec du réalisme, des portrait anonymes, du mouvement (les gens marchent).

La deuxième est la dimension abjecte cherchant à nous attirer et nous dégoûter. Il y a une authenticité même si les formes sont déformées (visages, corps) à cause des photos en plongées/contre plongées, le contraste des lumières (éclairées ou ombres), le dynamisme des lignes et le jeu de perspective.

Benita Suchodrev vieillard blackpool

Crédit photo Benita Suchodrev 

Le choix du noir et blanc

Le choix du noir et blanc est très répandu dans la photo documentaire, il donne une allure naturaliste ou réaliste même si elle est abimée ici par l'esthétique brute. Ce choix permet de raconter une histoire pour donner un côté représentatif à la série de clichés (le côté naturel et artificiel est en tension). La lumière a une place importante dans le noir et blanc car l'image a plus de détails (la direction, la qualité et l'intensité sont plus visibles) et de contrastes qu'une photo en couleurs. Il faut également souligner le jeu sur les lumières : la photo en N&B fourni à l'image plus de détails en permettant de se focaliser sur le sujet sur lequel on veut se concentrer. Les lignes, angles, perspectives et textures permettent de jouer avec la profondeur de champ et les contrastes de tons qui rendent l'image plus saisissante. La "photo de rue" ou photo "humaniste" apporte le plus d'informations et de détails possibles ce qui explique le choix de ce noir et blanc.

Un des pères du photojournalisme, Ted Grant, disait : "Quand vous photographier des gens en couleur, vous photographiez leurs vêtements. Mais quand vous photographiez des gens en noir et blanc, vous photographiez leur âme !"

Benita Suchodrev blackpook photographie garçon chapeau

Crédit photo Benita Suchodrev 

Benita Suchodrev elvis presley

Crédit photo Benita Suchodrev 

Un univers improbable et farfelu

Son premier livre est une véritable plongée socioculturel dans la ville de Blackpool à travers des photographies à la fois réalistes contenant une beauté étrange.

Sa traversée de la ville va de la promenade sur la mer aux salles de bingo en passant par les stands de Donuts, les théâtres burlesques et les manèges de la fête foraine.

Stand donuts Benita Suchodrev

Crédit photo Benita Suchodrev 

L’univers dépeint est le quotidien des gens de la ville mais l'artiste le montre d'une manière particulière. autant dans son décor que dans les personnages qui l’habitent. On y voit des enfants avec des confiseries, des parents, des jeunes gens déguisés, des mouettes, des adolescents éméchés...Elle nous propose une réalité que peu de gens connaissent sur cette ville.

petite fille Benita Suchodrev

Crédit photo Benita Suchodrev 

La capture d'une émotion particulière

«Après tout, Blackpool est une escapade de fin de semaine. Une destination traditionnelle pour les enterrements de vie de garçon et de fille et les personnages un peu dingues” raconte Benita Suchodrev.

Une phrase résumant totalement l’esprit qui se dégage de cette ville du Nord Ouest de l’Angleterre. Une sorte de terrain de jeu géant destiné aux plus jeunes comme aux adultes. Tout le monde peut se déguiser jusqu’à en devenir ridicule mais personne n’a le complexe de se sentir jugé. Un procédé qui sert à nous mettre face à nous même et à s'adresser à l'autre.

Benita Suchodrev EVG

Crédit photo Benita Suchodrev 

“Je suis attiré par le poétique et le bizarre, l’audacieux et le vulnérable.(...) Le drame et l’ambiguïté de l’expression humaine et le geste pendant ce moment de transition est ce qui me fascine le plus”.  

fille banc Benita Suchodrev

Crédit photo Benita Suchodrev 

Ce moment de transition émotionnelle ressort dans plusieurs de ses clichés comme celui où la jeune fille en survetement adidas à l’air morose, les cheveux au vent. Dans la photo suivante, la jeune fille pleure au point que son mascara lui dégouline sur la joue.

Benita Suchodrev tristesse

Crédit photo Benita Suchodrev 

Des moments temporaires, furtifs et qui ne seront jamais pareils deux secondes plus tard. Ces moments nous montrent que le temps s'écoule et qu'il ne peut être fixé que par la photo. L'artiste nous présente une société différente, plus réaliste que jamais tout en mettant le spectateur mal à l'aise (en abimant la beauté, la poésie, en accentuant les défauts des ses sujets avec un jeu plastique).

Un livre disponible sur internet pour le prix de 39,90€, un ouvrage pour partir dans un voyage contemporain et intemporel.

Benita Suchodrev  blackpool projet

Crédit photo Benita Suchodrev 

 

12 Oct 2018 par Baptiste Le guay

Populaire

MEERO SCHOOL

Les meilleures formations de photographie en France

Grâce au numérique, la photographie semble accessible à tout le monde. Cependant, cette discipline nécessite une formation complète pour en faire son métier. Au-delà des aspects techniques, la photographie est une question de sensibilité et de regard. Du photojournalisme à la mode en passant par l’art, chaque secteur d’activité nécessite un apprentissage spécifique.

21 Dec 2018 par Coline Olsina

Articles similaires

MEERO STORIES

L’apparition de la couleur en photographie

La photographie couleur apparaît en 1868, d'abord grâce à des processus rudimentaires et compliqués d'utilisation. Outre les difficultés techniques, ce sont les mentalités, au début réticentes à l’innovation, qui ont dû être bousculées, notamment dans la photographie artistique et documentaire.

20 Nov 2018 par Baptiste Le guay