INSPIRATION

Les climats extrêmes et capricieux d'Amérique du Sud

Certains paysages rappellent parfois que nous ne sommes qu’invités sur Terre. Lorsque la géologie démontre toute la force de la nature et les couleurs prouvent que l’écosystème est bien plus inventif qu’on ne le croit, l’Homme redevient un détail passager dans l’évolution de la planète. Le photographe français Guillaume Flandre s’intéresse justement, dans son dernier travail, à la majesté de l’environnement et à ces indices qui montrent que la nature est indomptable.

Un voyage qui a marqué le photographe

C’est à l’occasion d’un voyage en Amérique du Sud, de la Bolivie à la Patagonie en longeant le Chili, que l’artiste eut l’idée de travailler cette thématique. Il faut dire que la Cordillère des Andes et la Patagonie offrent des décors violents, tranchants, semblant être les extrêmes de chaque type de climat que l’on connaît.

« Sur le large spectre des climats de la Terre, le Chili, l’Argentine et la Bolivie ne semblent en subir que les extrêmes. » dit-il sur son site, avec un vocabulaire plus artistique que météorologique. C’est donc l’extrême variété de climats et de paysages différents qu’il a souhaité capter à travers son appareil photo. Les couleurs, aussi, ont leur importance et endossent le rôle de principale preuve de ces climats si variés. « […] le contraste entre les déserts chauds et rouges, les glaciers bleus et froids, et la Patagonie verte trempée. Le voyage fut un feu d’artifice de couleurs et de paysages que je n’avais jamais vues ni imaginées. ».

patagonie

uyuni

Des couleurs hallucinantes et un appel au voyage

Il est vrai que les photographies montrent un continent aux paysages renversants mais aussi au climat capricieux, jouant sur la lumière et sur les couleurs qui se présentent sous nos yeux. Le contraste entre les nuages sombres et les rayons lumineux intenses qui se faufilent et illuminent certaines zones de la photo créent des scènes à la construction quasi biblique dans certains clichés. Malgré l’immensité et la démesure de ces photographies, il n’en ressort pas un bruit mais plutôt un silence rassurant, le silence d’un écosystème qui avance à son rythme, sans l’entremise de l’espèce humaine et de sa bruyante expansion.

Le travail de Guillaume Flandre reste cependant une invitation au voyage, à la découverte des beautés insoupçonnés que la Terre nous offre. Il encourage, à travers ses photos, à s’évader, à repousser ses limites et à se confronter aux climats extrêmes. Ce face-à-face avec les paysages d’Amérique du Sud est un moyen on ne peut plus efficace de comprendre le monde dans lequel on vit et la notion d’équilibre si indispensable à sa survie.

patagonie

 

colorada

patagonie

uyuni

salar d'uyuni

désert d'atacama

désert d'atacama

Crédit Photos : Guillaume Flandre

14 May 2018 par Alexandre Nessler

Populaire


Articles similaires

INSPIRATION

Les meilleures photos de boxe de Neil Leifer

Neil Leifer est un photographe new-yorkais qui s'est fait connaître dans les années 1960 pour ses nombreuses photographies parues en Une du magazine sportif Sports Illustrated. Beaucoup de ses clichés sont devenus légendaires et notamment ses photographies de boxe mettant en scène les plus grands tels que Mohamed Ali, George Foreman ou Mike Tyson.

12 Apr 2018 par Alexandre Nessler