COMMUNIQUÉ DE PRESSE

DROIT DE RÉPONSE

Le 17 octobre dernier, L’UPP et la SAIF, deux organisations syndicales de photographes, ont interpellé les ministres à propos de Meero dans un communiqué publié sur le site www.upp.photo. Ce communiqué impute à Meero le non respect de la législation en vigueur relative aux droits d’auteur.

Nous nous étonnons de cette initiative alors que s’agissant des droits d‘auteur, nous avons engagé le dialogue avec l’UPP et la SAIF que nous avons rencontrées respectivement au mois de juillet et août 2019. Nous avons également rencontré la Délégation à la photographie du Ministère de la Culture (DGCA) au cours du mois de septembre 2019 afin d'évoquer ensemble les meilleures pratiques qui seraient susceptibles de bénéficier à l'ensemble de la profession. Il nous aurait paru plus constructif d’être invités à prendre part à la discussion que ces deux organisations viennent d’entamer par communiqué, plutôt que d‘en être la cible. 

Il est à noter que nous ne sommes pas les seuls acteurs de ce marché, et que nous, comme nos concurrents, avons développé nos activités en conformité avec les recommandations des experts de la propriété intellectuelle qui nous ont accompagné. Surtout, nous pensons que le sujet relève d‘une problématique bien plus large. 

A notre sens, c'est tout un système qui doit être repensé. Nous souhaitons la mise en place de critères plus objectifs afin de reconnaître la qualité d'oeuvre à davantage de photographies et le cas échéant, mieux envisager les réalités des usages numériques et commerciaux actuels. En effet, le code de la propriété intellectuelle précise que pour qu’une photographie soit qualifiée d’oeuvre, celle-ci doit être créative et doit refléter l’empreinte de la personnalité de l’auteur, critères subjectifs qui peuvent être difficiles à mettre en application dans des activités commerciales comme les nôtres.

Le succès de Meero est entièrement corrélé à la satisfaction des photographes de notre communauté. Nous avons donc tout intérêt à être moteur pour faire évoluer les usages dans un sens favorable à l’exercice des créateurs d’image qui sont nos partenaires. Meero n’a que trois ans d’existence et a récemment vécu une période intense d’hypercroissance. Nous sommes conscients que de nombreuses bonnes pratiques restent à mettre en place pour les nouveaux acteurs émergents du monde de la photographie et c'est pour cela que nous avons proposé à l'UPP et la SAIF de nous accompagner sur ces sujets lors de nos récentes rencontres. Aujourd’hui, il nous semble que c'est autour d'une table que nous devons avancer, Meero, les associations, les ministères, les syndicats, ainsi que tous les autres acteurs de l’industrie. Nous serons ravis de nous revoir pour aborder ces discussions de façon constructive.

04 Nov 2019 par Adeline Anfray

Populaire


Articles similaires

Restez informé

Recevez les dernières tendances photographes et inspiration