Juliette Chataigner, ingénieure en recherche et développement, nous parle de l’IA de Meero

Technologie
14 janv. 2020 par Pauline Dallem
6 MIN

Meero, leader mondial de la photographie, a mis en place une intelligence artificielle capable de retoucher des photos automatiquement en 60 secondes (contre quatre heures pour un professionnel de la retouche).

Juliette Chataigner, ingénieure en recherche et développement chez Meero, répond à nos questions. Elle nous explique le fonctionnement de ces algorithmes révolutionnaires. 

Pouvez-vous nous parler de vous, de votre métier et nous en dire plus sur le fonctionnement de l’Intelligence Artificielle Meero ? 

Je travaille chez Meero en tant qu’ingénieure en recherche et développement depuis plus d’un an. J’ai suivi des études de photonique (les sciences de la lumière), et je suis spécialisée dans la photographie et le traitement de l’image numérique. 

Chez Meero, nous travaillons beaucoup sur le traitement d’image via des méthodes dites d’intelligence artificielle

Dans l’imaginaire collectif, l’IA c’est un ordinateur qui apprend à exécuter tout seul des manipulations à partir de données. Mais ce n’est pas toujours comme ça que cela fonctionne.

Nous avons des algorithmes d’IA mais aussi des algorithmes de traitement d’image plus “classiques”, qui consistent à réaliser des opérations mathématiques sur les pixels sans aucune notion d’intelligence artificielle à proprement parler. 

Pouvez-vous nous expliquer succinctement comment ces algorithmes arrivent à retoucher des images ? 

En fait, il faut savoir que l’image sur laquelle nous travaillons est une matrice avec trois couches RVB (Rouge, Vert, Bleu) superposées. Chaque triplet de valeurs donne la couleur du pixel associé à l’image. Tout notre travail se base là-dessus : nous intervenons sur ces valeurs, en les modifiant ou en les analysant selon les problèmes à résoudre. On est alors capable de modifier les couleurs, de détecter voire détourer des contours, et bien d’autres choses. 

Photo d'immobilier avant le traitement par l'algorithme

 

Photo d'immobilier après le traitement par l'algorithme

© Meero

Voici quelques exemples de retouches photos réalisées par un algorithme d’IA que nous avons implémenté chez Meero. Cette intelligence a appris à “embellir” une photo automatiquement, selon des critères spécifiques qui se basent sur les retouches effectuées manuellement par des professionnels. 

Je m’explique : chez Meero, nous avons une base de données où sont stockées des milliers d’images qui ont déjà été retouchées par des graphistes. Nous apprenons à nos algorithmes à faire les mêmes retouches en suivant cet exemple. Au bout du compte, ils sont capables de faire les retouches tous seuls en reproduisant les schémas qu’ils ont vus dans la base d’apprentissage. 

Comment comptez-vous améliorer l’IA de Meero, et jusqu’où pensez-vous qu’elle pourrait aller dans un futur proche ? 

L’IA de Meero est bien sûr en perpétuelle amélioration. 

Pour répondre aux nouvelles exigences de nos clients et faire face à la concurrence de ce marché, nous développons sans cesse de nouveaux projets, et perfectionnons nos algorithmes déjà existants afin d'accroître nos performances.

Au rythme auquel Meero évolue, nous avons jusque là travaillé en majorité sur des projets à court terme visant à pallier les besoins immédiats liés à la retouche photographique. Maintenant que l’équipe est bien structurée et que la première vague est passée, nous pouvons nous concentrer sur des projets plus longs et complexes. C’est le cas, par exemple, de notre algorithme qui change les ciels gris en ciels bleus, qui a été notre premier vrai projet à long terme. 

Notre but aujourd’hui est de créer une véritable entité de recherche qui nous permette d’aller encore plus loin dans notre approche de la photographie. C’est ce que nous commençons à faire sur des sujets tels que l’évaluation esthétique d’une image, ou encore la génération automatique de photographies.

La génération d’image pourrait être l’avenir de Meero ? 

En ce qui concerne la recherche, je pense que oui. 
Générer des images veut dire que l’on crée des algorithmes capables de produire eux-mêmes des images, à partir de quelques informations, croquis, ou textes, par exemple.

Chez Meero, nous avons une doctorante qui commence sa thèse sur le sujet, et sur la technologie GAN (Generative Adversarial Network). C’est un sujet qui s’éloigne beaucoup de ce que fait Meero aujourd’hui, mais qui pourrait avoir d’autres applications et ainsi permettre à l’entreprise de se développer dans d’autres domaines techniques. N’est-ce pas le but de toute boîte Tech de continuer à innover sur des thématiques toujours plus larges ?

Et l’équipe de R&D ? 

Nous sommes aujourd’hui une équipe d’une quinzaine d’ingénieurs avec des profils assez variés, des spécialistes de l’image, des spécialistes informatiques, des docteurs ou des ingénieurs venus de domaines différents. 


Merci pour cette interview et toutes ces informations Juliette ! 

Vous voulez en savoir plus sur la techno chez Meero ? Consultez notre page technologie et suivez-nous sur Twitter et Linkedin pour suivre notre actualité tech.  

Restez informé

Recevez les dernières tendances photographes et inspiration