Le Selfie : l’autoportrait instantané

Photographie
12 déc. 2018 par Coline Olsina
10 MIN

Depuis son entrée dans le dictionnaire en 2013, le mot « selfie » n’a jamais été aussi présent dans notre vocabulaire courant. Pratiqué quotidiennement par des milliers de personnes, il vient fleurir tous les jours les murs de nos comptes Facebook et Instagram. Véritable phénomène mondial, il ne tarde pas à être rapidement identifié par la presse et les spécialistes de l’image comme la pratique photographique la plus représentative de l’expression visuelle contemporaine selon les mots d’André Gunthert (chercheur et professeur à l’EHESS).

hannah starkey

© Hannah Starkey

Qu’est-ce qu’un selfie ?

Si le mot « selfie » est propre au 21e siècle, son usage ne date pourtant pas d’aujourd’hui. Dès le début de la photographie, le photographe exprime le besoin d’apparaître lui aussi sur le fameux cliché. L’invention du retardateur en 1902 lui permet d’être immortalisé aux côtés de ses camarades ou de se faire le témoin d’une scène pittoresque, posant fièrement devant un paysage ou un monument. Exploré autant par les artistes que par les amateurs, l’autoportrait traverse toute l’histoire de la photographie et constitue une part essentielle de son iconographie.

Pour autant, le selfie ne doit pas être confondu avec l’autoportrait. Si dans le principe, les deux pratiques sont identiques – se photographier soi-même – ils demeurent radicalement différents. Soigneusement composé, l’autoportrait est souvent réalisé en solitaire et souligne le caractère narcissique de l’auteur qui souhaite conserver son image. L’attention portée à la composition, au cadrage et à la lumière en font un objet contemplatif qui est destiné à traverser les siècles, notamment grâce à la durabilité de son support (verre, métal, papier).

Le selfie, quant à lui, est éphémère. Pratiqué seule ou avec ses proches, il vise à témoigner d’un moment et d’une expérience et se partage donc sur les réseaux sociaux : le selfie est interactif et inaugure le concept de « photographie connectée ». Il invite en effet à créer un dialogue entre l’auteur du selfie et son destinataire. Qu’il s’adresse à une communauté (Facebook, Instagram, Twitter…) ou à une personne ( MMS, Messenger), l’autoportrait 2.0 suscite la réplique, le commentaire et – autant que possible - les « likes ».  

Plus qu’un phénomène de mode, le selfie fait partie de notre vie quotidienne transformant son usage en une pratique courante. Il y a encore quelques années, il fallait avoir recours à un dispositif (le miroir par exemple) ou faire preuve d’agilité (retournement de l’appareil) pour réaliser un selfie. Aujourd’hui, l’industrie du smartphone s’est adaptée à cette nouvelle habitude et les téléphones portables sont désormais tous équipés d’une caméra frontale. Le selfie est donc marqué par une signature esthétique forte : celle de l’amateur. Pris sur le vif, le selfie se caractérise souvent par des cadrages incertains, des traces visibles de manipulation et la spontanéité de la prise de vue, lui conférant ainsi toute sa fraîcheur. Par sa facilité d’exécution et son caractère potentiellement viral, le selfie est une véritable source d’inspiration et se pratique en toutes circonstances : au travail, en vacances, dans les transports, à l’occasion d’un spectacle ou d’un sport extrême.

ai weiwei

© Ai Weiwei

Le selfie, un art contemporain

Parce qu’il est aujourd’hui fermement installé dans le vocabulaire de la photographie actuelle et qu’il est le symbole de toute une génération, il constitue un passionnant sujet d’étude pour de nombreux artistes qui sondent la pluralité de ses usages et de ses enjeux.

Parmi eux, l’artiste chinois Ai Weiwei s’est démarqué par son usage militant et provocateur du selfie qui constitue pour lui un formidable outil de communication pour dénoncer les dérives du régime chinois. Le fameux selfie de l’artiste lors de son arrestation en 2011 réside ainsi à la limite de la performance artistique et du buzz. Ai Wei Wei pratique un art total, indissociable de sa vie et de ses convictions : il n’hésite donc pas à utiliser cette forme d’expression populaire pour alimenter son œuvre et mener son combat, lui donnant ainsi un impact toujours plus grand.

Martin Parr

© Martin Parr

Si certains artistes envisagent le selfie comme un acte militant, il est avant tout exploré par ces derniers en tant qu’objet vernaculaire, emblématique de nos modes de vie actuels et notamment de notre façon de voyager. Fasciné par le selfie « touristique », Martin Parr n’a pas manqué de le représenter, s’amusant des poses ridicules et figés de leurs auteurs.

paula abalos

© Paula Abalos

De la même façon, l’artiste Paula Abalos réalise une vidéo sur les selfies faits dans les musées. Jouant du contraste entre un décor institutionnel et les attitudes parfois superficielles des protagonistes, elle juxtapose deux modes de représentation : celui des œuvres exposées et celui des visiteurs qui s’exposent au monde. Plus récemment, les photographies de Luisa Dorr et Navin Kala illustrent ce phénomène avec tendresse et esthétisme dans une série réalisée dans la baie d’Hong Kong.

luisa dorr navin kala

© Luisa Dorr & Navin Kala

Cindy Sherman, superstar de l’art contemporain et figure incontournable de l’autoportrait en photographie, n’a pas tardé elle aussi à en explorer les possibilités plastiques. Sur son compte Instagram, suivi par plus de 220 000 abonnés, l’artiste exhibe une fantastique galeries de selfies. Testant l’intégralité des outils de retouches proposés par l’application, Cindy Sherman se métamorphose de toutes les façons possibles, donnant à voir des portraits tantôt burlesque tantôt monstrueux.

cindy sherman instagram

© Cindy Sherman

Dans un autre genre, les selfies piqués sur Instagram et exposés par l’artiste Richard Prince à la galerie Gagosian questionnent le statut et l’accessibilité de ces images diffusées sur des plateformes publiques.

rob mc keever

© Rob Mc Keever / Gagosian Gallery

Autant d’artistes qui soulignent l’incroyable expansion de ce phénomène qui a aujourd’hui complètement intégré notre culture visuelle comme l’attestent les récentes affiches de films (Mustang) ou les campagnes de pub (Samsung). En plus des nombreuses expositions qui lui sont consacrés (« Autoportraits, de Rembrandt au selfie », « From Selfie to Self-expression ») - pour lesquelles il constitue au passage un formidable argument de vente - un musée lui est aujourd’hui dédié à Los Angeles (The Museum of Selfie) témoignant une fois de plus de la fascination qu’il suscite.

the museum of selfie

© Ad Vitam

samsung selfies

© Samsung

Restez informé

Recevez les dernières tendances photographes et inspiration