L’apparition de la couleur en photographie

Photographie
20 nov. 2018 par Baptiste Le guay
14 MIN

La photographie a connu l’arrivée de la couleur à la moitié du XIXème siècle. Les procédés sont au départ très rudimentaires avec un coloriage sur la pellicule elle même.

Grâce aux avancées techniques des scientifiques pour améliorer les pellicules, la photographie couleur va progressivement s’améliorer pour aboutir au rendu que nous connaissons aujourd’hui. Au delà des progrès techniques, ce sont véritablement les mentalités, au début réticentes à l’innovation, qui ont dû être bousculées, notamment dans la photographie artistique et documentaire.

L’émergence de la couleur en photographie

La photographie couleur telle qu’on la connaît aujourd’hui est le résultat final d’un processus commencé il y a plus d’un siècle. C’est pour cela que la première couleur qui succède au noir et blanc est le Sépia. Son tirage est monochrome mais possède cette fois une teinte brune. Un procédé utilisé dès la fin du XIXème siècle.

sépia début photo fin XIXème siècle

Photo en Sépia

Afin d’obtenir des pellicules en couleurs, certaines photographies sont peintes pour accentuer leur réalisme, une sorte de “postproduction” avant l’heure. L’un des clichés les plus emblématiques est le jeune homme assis, pris par Rufus Anson vers 1850.

Rufus Anson jeune homme assis

Le jeune homme assis, Rufus Anson vers 1850

La “vraie” apparition de la couleur photo date de 1868, lorsque Louis Ducos du Hauron et Charles Cros inventent chacun le procédé photographique de la trichromie. Le principe consiste à superposer trois images séparées avec un filtre rouge, bleu et jaune. Il faut prendre trois photos identiques, avec le même cadrage pour obtenir chacune des couleurs primaires.

les frères Lumière pellicule

Les Frères Lumière, Collection Institut Lumière

Ce processus fut perfectionné en synthèse autochrome en 1903 par les frères Lumière. Les trois couleurs sont alors captées sur une seule plaque par adjonction d’une mosaïque de microfiltres grâce à des grains de fécules de pomme de terre.

Cette plaque unichrome captant les couleurs en une seule prise de vue sera commercialisée en 1907. Elle ne sera pas reçu avec enthousiasme, on reproche à la couleur de manquer de caractère et d’enlaidir la puissance plastique du noir et blanc.

Kodachrome contre Agfacolor, la rivalité des pellicules en couleur

En 1917, Godowsky et Mannes, deux musiciens professionnels sont scandalisés par le visionnage d’un film avec des couleurs épouvantables. Cet évènement les pousse à résoudre le problème de la couleur dans la photographie.

A l’instar des frères Lumière, ils superposent 3 images colorées transparentes, une magenta, une cyan et une jaune.

La différence avec leurs illustres prédécesseurs ? Une qualité exceptionnelle, comparable à celle d’une photo noir et blanc, des images bien plus nettes que celles prises avec l’autochrome.

Forts de cette prouesse technique, les inventeurs signent chez Kodak en 1930, pour développer le Kodachrome.

Les procédés de cette technique sont complexes : le film contient 3 couches distinctes d’images noir et blanc, sensibles à des couleurs différentes.

Pendant le développement de la photo, chaque couche correspond à un colorant spécifique pour obtenir le Kodachrome.

Le résultat est superbe, le film au format 16mm sera lancé pour le cinéma en 1935. Un an plus tard, le format 35 mm est lancé pour le cinéma et la photographie.

Kodachrome pellicule couleur

Pellicule Kodachrome

Au même moment mais de l’autre côté de l’Atlantique, en Allemagne, le rival du Kodachrome sort : c’est l’Agfacolor Neue. Une marque produisant des pellicules couleur depuis 1932. Son fonctionnement est presque similaire au Kodachrome, à la différence du système de développement de ses photos. Cette fois ci, les composantes chimiques donnant les colorants sont directement intégrés dans les couches du film.

Agfacolor pellicule couleur

Pellicule Agfacolor

Avec l’arrivée de la seconde guerre mondiale, les usages des films Kodachrome et Agfacolor sont très restreints et utilisés exclusivement par quelques privilégiés. Les films se développent ensuite avec une plus grande sensibilité.

Une marque japonaise va faire son entrée sur le marché avec un premier film couleur en 1948 : le célèbre Fujifilm.

La photo instantanée passe elle aussi en couleur grâce au Polaroid en 1963 avec le film Polacolor. Une image ci dessous d’Edwin Land avec sa nouvelle invention :

Edwin Land Polacolor 1963

Polacolor d'Edwin Land en 1963

La démocratisation de la couleur

Les débuts de l’utilisation importante de la couleur en photo arrivent en publicité et pour la presse magazine à partir de 1960. Les pellicules couleurs sont très coûteuses et difficiles à conserver : raisons pour lesquelles le grand public ne l’utilise pas encore. L’émergence de la société de consommation va contribuer aux premières publicités photo en couleur comme Mac Donalds par exemple :

mac donald publicité 1970

Publicité américaine Mac Donald's 1970

C’est grâce à des nouveaux systèmes d’impression que les magazines commencent à diffuser des reportages en couleur.

Le photographe Robert Doisneau réalise un reportage pour le magazine américain Fortune. Le sujet du reportage est à Palm Spring aux Etats-Unis. Un nouveau refuge pour les riches avec piscines et terrains de golf en plein milieu du désert du Colorado !

palm spring reportage robert Doisneau

Robert Doisneau, Palm Spring, 1960

Comme pour chaque grande invention, la couleur en photo est dépréciée par la critique et la majorité des photographes de l’époque. En effet, ces derniers l’associent à un mouvement avant tout commercial.

Même si la photo en couleur n’est plus un défi purement technique avec sa recherche de réalisme, elle devient dépréciée par la photo artistique.

De nombreux photographes résistent à la couleur en prônant l’humanisme et le réalisme du noir et blanc. Une résistance morale s’opère contre la couleur considérée comme populaire et kitsch notamment à cause des publicités qui l’utilisent.

Le photographe américain Walker Evans l’a critiqué en 1969 avant de l’utiliser par la suite. Il était devenu célèbre grâce à son travail sur la Grande Dépression dans la fin des années 30.

polaroid couleur walker evans

Polaroid de Walker Evans en 1973

Le Polaroid SX 70 qui sort en 1972, poursuit le travail d’acceptation de la couleur par le grand public de part son format compact et sa simplicité d’utilisation.

L’exposition d’Eggleston en 1976

Pour changer les préjugés et les mentalités sur la couleur, une exposition de William Eggleston a lieu au Moma à New York en 1976. C’est la première fois qu’un musée présente une exposition photo en couleur.

Un événement qui prend une ampleur nationale et permet de bousculer les aprioris. D’autres photographes américains rejoignent ce mouvement comme Saul Leiter, Stephen Shore ou Joel Meyerowitz. La couleur est enfin perçue comme un apport en authenticité, magnifiant le banal, libérée de l’étiquette jusqu’alors “commerciale”.

Le photographe William Eggleston est l’un des pionniers de la photographie documentaire en couleur. Il démontre avec ses clichés que la couleur peut elle aussi dépeindre le réalisme du commun.

William Eggleston photo couleur

William Eggleston photo en couleurs femme de dos

William Eggleston, The democratic forest, 1983-1986

Le mouvement en couleur se répand ensuite dans le monde entier. Le français Raymond Depardon va photographier en couleur après avoir longtemps développé ses photos en noir et blanc. Voici une de ses images réalisée au salon du Camping, Porte de Vincennes en 1960.

Raymond Depardon camping porte de vincenne 1960

Raymon Depardon, Salon du Camping, Porte de Vincennes, 1960

Raymond Depardon Liban 1978

Raymon Depardon, Liban, 1978

Le photographe anglais Martin Parr se focalise sur la photo documentaire avec un style marqué par la dérision et l’ironie. Ses oeuvres témoignent de l’époque de Margaret Thatcher pendant les années 80 jusqu’à aujourd’hui.

Martin Parr 1980 femme vendant des glaces
Martin Parr, the last resort 23, 1983-1986

 

Martin Parr hystérie super marché

Martin Parr, One day trip, 1989

Même lorsque la technique couleur est mise au point dans la photographie, elle ne réussit pas à s’imposer immédiatement. C’est un phénomène nouveau qui doit faire tomber les résistances esthétiques, la perception du public et de ses utilisateurs (photographes).

C’est grâce à la persévérance de pionniers comme les frères Lumière, Godowsky et Mannes que la photo couleur existe aujourd’hui.

Et grâce à des artistes comme Doisneau et Egglington qu’elle a été acceptée, par la critique et les autres photographes, comme une forme artistique à part entière et pas seulement comme un progrès technique.

Restez informé

Recevez les dernières tendances photographes et inspiration