PHOTOGRAPHIE

Les enfants réfugiés face à leur peur de l'eau

L'initiative d'un retraité allemand

« Plonger » dans ses souvenirs pour apprendre à surpasser ses peurs et vaincre un traumatisme. Telle est la méthode aux allures de thérapie utilisée par un certain monsieur Schütte pour faciliter l’intégration des enfants réfugiés en Allemagne. Cet ancien professeur de sport et passionné de natation, aujourd’hui retraité, s’est rendu compte que de nombreux réfugiés accueillis à Wolfsburg, la ville qu’il habite, venaient de pays avec très peu de points d’eaux, ne savaient pas nager et que beaucoup d’enfants avaient été traumatisés par la traversée de la méditerranée en radeaux de fortune.

Il a donc réservé un créneau de 2 heures par semaine à la piscine municipale pour apprendre à nager aux enfants réfugiés par des cours de natation financièrement accessibles aux familles de migrants. C’est un moyen pour eux de vaincre leur peur de l’eau, provoquée par le traumatisme des périples en pleine mer qu’ils ont vécu, et de s’intégrer à leur pays d’accueil puisque dans ces cours ils rencontrent des enfants allemands ou résidant en Allemagne depuis longtemps.

Les enfants réfugiés face à leur peur de l'eau Diana Markosian

© : Diana Markosian

La mémoire et les lieux, les principaux thèmes de la photographe Diana Markosian

Il n’est pas surprenant que cette histoire intéresse la photographe Diana Markosian au point d’en faire une série de photographies intitulée « The Big Sea », qui présente les enfants prenant part à ce cours de natation dans des plans épurés et lumineux qui nous laissent songeurs. Dans ses travaux, elle questionne souvent la relation entre mémoire et lieu. Cet attrait pour cette problématique vient de son enfance, au cours de laquelle elle quitta son Arménie natale, alors en URSS, pour émigrer vers les États-Unis avec sa famille, en laissant uniquement son père derrière elle.

Les enfants réfugiés face à leur peur de l'eau Diana Markosian

© : Diana Markosian

C’est ce vide qui se forme lorsque l’on quitte sa terre natale ou l’on perd un être cher (l’Arménie et son père, dans le cas de Markosian), que l’artiste américaine cherche à illustrer avec ses photographies. Dans la série The Big Sea, le vide occupe une grande place sur les photos. Il n’y a généralement qu’un seul enfant présent dans le cadre, son expression est neutre et laisse deviner une certaine concentration et de l’appréhension à rentrer dans l’eau. Au bord de la piscine, ils ont parfois le regard ailleurs. On les imagine ressasser les souvenirs douloureux de la traversée désespérée sur des bateaux surpeuplés, avec l’incertitude d’arriver à bon port. Hanan, une des réfugiées du cours de Monsieur Schütte, se souvient : « Je pensais que le bateau coulerait ». Pendant un temps, même une fois son certificat de nageuse validé, elle préférait nager sur le dos : « A chaque fois que je mettais la tête sous l’eau, je retournais dans la mer profonde. Ça me terrifiait et me paralysait ».

C’est un processus lent et difficile qui doit amener ces enfants à se sentir à l’aise dans l’eau. Cette masse liquide bleutée, qu’ils ne connaissent pas et qui les terrorise, mais qu’ils doivent apprendre à contrôler pour qu’elle devienne leur amie.

Les photographies de Diana Markosian nous font réfléchir aux conditions d’accueil des migrants en Europe. Les réfugiés cherchent un endroit où se mettre à l’abri, loin des dangers de leurs pays d’origine, mais une fois arrivés ils font face à une reconstruction intérieure. S’intégrer n’est pas chose facile, mais cela commence par combler les vides que l’on a enfoui, surpasser ses peurs et recouvrir les traumatismes.

En tout cas, Monsieur Schütte peut être fier de son initiative et l'aide qu'il apporte à ces enfants au passé difficile. Lorsque l'on demande à Hanan quel métier elle souhaiterait faire plus tard, elle répond d'ailleurs sans hésitation : « Je serai professeure de sport ! ».

Les enfants réfugiés face à leur peur de l'eau Diana Markosian

© : Diana Markosian

Les enfants réfugiés face à leur peur de l'eau Diana Markosian

© : Diana Markosian

Les enfants réfugiés face à leur peur de l'eau Diana Markosian

© : Diana Markosian

Les enfants réfugiés face à leur peur de l'eau Diana Markosian

© : Diana Markosian

Les enfants réfugiés face à leur peur de l'eau Diana Markosian

© : Diana Markosian

Les enfants réfugiés face à leur peur de l'eau Diana Markosian

© : Diana Markosian

© : Diana Markosian

30 Apr 2018 par Alexandre Nessler

Populaire

PHOTOGRAPHIE

Community Interview avec Jeremie Petit

Retrouvez Jérémie Petit, un photographe bordelais qui est derrière l’objectif depuis plus de huit ans. Au cours des trois dernières années, il a comblé les trous dans son agenda avec des missions Meero ! Il a rencontré les membres de l'équipe pour nous donner un petit aperçu de son expérience.

21 Oct 2019 par Monica Linzmeier

Articles similaires

Restez informé

Recevez les dernières tendances photographes et inspiration