IMMOBILIER

Agents immobiliers, voici 7 astuces pour éviter de perdre des clients à cause des photos sombres

“20 secondes pour le coup de foudre”, c’est le titre que le Wall Street Journal a donné à son étude sur le comportement des internautes lors de la recherche d’un bien immobilier. Titre plus que révélateur, puisque ces derniers passent en moyenne 20 secondes à regarder la première photo d’une annonce et que 40% d’entre eux ne lisent pas son descriptif.

Pour résumer : puisque 90% des recherches immobilières concrétisées commencent sur la toile, on trouve aujourd’hui le logement de ses rêves comme on trouve l’amour sur Internet. Essentielles à une bonne annonce, les photographies qui mettent un sujet en avant se doivent d’être irréprochables, car l’impression initiale est souvent la meilleure : c’est le premier contact avant de potentiellement s’engager pour plusieurs années.

En tant qu’agent immobilier, il est donc important d’avoir quelques compétences en photographie. Et l’une des choses les plus importantes durant vos shootings, c’est la lumière. Il n’est pas toujours évident de retranscrire les volumes, la clarté ou le côté chaleureux d’une pièce : mal éclairée, elle peut donner le rendu opposé à celui attendu.

Alors, pour que vous réalisiez de belles photos parfaitement éclairées, voici quelques conseils à mettre en application pendant vos shootings.

 

1 - Avoir le bon matos (idéalement un reflex "plein format")

Le matériel est essentiel et ce n’est pas surprenant : il est très préférable de s’équiper d’un reflex pour obtenir une image plus nette. Cette qualité est due à la taille du capteur (un capteur plus grand pourra capturer la totalité de la luminosité d’une image, sans la saturer) et à la variation des réglages, pour s’adapter en fonction des lieux photographiés.

À noter : le matériel ne fait pas tout et des verticales bien droites sont essentielles. Il vous faudra les respecter, en particulier pour photographier les extérieurs. Vous éviterez ainsi les déformations.

Crédit photo : DxO

Votre objectif, lui aussi, jouera beaucoup sur le rendu de votre shooting. Un grand angle ou un ultra grand angle rend les espaces plus spacieux, plus aérés. Attention cependant à votre prise de vue : le grand angle déforme les objets au premier plan, comme s’ils étaient étirés vers l’objectif.

 

2 - Utiliser la lumière naturelle au maximum

Pour les prises en intérieur comme en extérieur, c’est avec la lumière que vous travaillerez le plus souvent : il est nécessaire de savoir la maîtriser. Il est communément admis que pour avoir une belle luminosité, il est préférable de photographier en début ou en fin de journée. Mais les propriétés de la lumière du jour sont changeantes (intensité, couleurs, direction). Vous devrez apprendre à l’observer et à vous y adapter au cas par cas.

Crédit photo : Meero

Sachez cependant qu’il est parfois bon d’allumer les lampes même en plein jour, pour créer une ambiance chaleureuse et équilibrer la lumière entre l’intérieur et l’extérieur.

Crédit photo : Meero

 

3 - Apprendre à maitriser et à jouer avec la sensibilité ISO

Lorsque l’on parle d’exposition en photographie, on fait référence à l’action du rayonnement lumineux sur l’objectif. Plus cette action est grande, plus l’exposition sera importante et plus il y aura de lumière captée. Si une photo est surexposée, le rendu sera trop clair (“cramé” en langage photo). À l’inverse, une photo sous-exposée sera trop sombre.

Crédit photo : Meero

En ce qui concerne votre appareil, plus la sensibilité ISO est élevée, plus le capteur de votre appareil numérique est sensible à la lumière et inversement. En jouant sur cette sensibilité, vous pourrez ainsi diminuer ou augmenter l’exposition et capter la lumière de manière idéale.

Pour faire simple : plus la scène que vous voulez photographier est lumineuse, plus vous devrez régler la sensibilité de votre appareil sur une valeur faible.

Crédit photo : Meero

 

4 - Faire attention au contre jour 

On dit qu’une photo est prise en contre jour lorsque la source de lumière est face au photographe et éclaire le sujet par derrière.

  • Contre jour et mobilier foncé : la pièce paraît sombre et peu aérée

Crédit photo : Le Bon Coin

Dans certains cas, il peut être utilisé de manière volontaire, pour jouer avec les tâches de couleurs apparaissant selon l’angle et l’objectif utilisé, ou pour mettre en valeur les formes, non pas les détails. Mais en ce qui concerne l’immobilier, il est l’ennemi numéro un d’une bonne photo : les dimensions et la luminosité de la pièce ne sont pas bien représentées.

  • Contre jour et verticales penchées : l’espace et la luminosité de la pièce ne sont pas mis en valeur

Crédit photo : Le Bon Coin

Guillaume Lestrade, co-fondateur de Meero, explique comment éviter les contre-jours :

“Positionnez vous de trois-quarts face à la fenêtre et faites la mise au point de votre appareil sur l’intérieur de la pièce, pas sur la lumière provenant de la fenêtre.”

5 - Maîtriser l’utilisation du flash

Utiliser le flash de votre appareil n’est pas toujours une bonne idée : c’est un élément traître, capable de vous donner d’excellents résultats lorsque l’on sait quand et comment l’utiliser, il peut aussi totalement dénaturer votre photo. La lumière doit être répartie de manière homogène et le flash peut créer des ombres indésirables. Beaucoup de débutants pensent que l’utiliser en mode automatique est une bonne solution pour éclairer une pièce sombre : c’est faux, dans la plupart des cas. Le flash représente une source de lumière secondaire, mais plus puissante que celle ambiante, et il faut savoir la maîtriser, et passer en mode manuel. Ce n’est pas sorcier, il y a simplement quelques petites choses à savoir :

  • La distance entre le flash et le sujet permet de contrôler l’intensité de la lumière qui arrivere sur le sujet (plus la distance sera importante plus la puissance de la lumière diminue).

  • L’ouverture permet elle aussi de contrôler la quantité de lumière qui va éclairer le sujet, en fonction de la distance flash-sujet. La plupart des flashs récents vous permettent de sélectionner manuellement soit la distance, soit l’ouverture à utiliser.

  • La vitesse, quant à elle, permet de définir la durée pendant laquelle la lumière ambiante sera visible sur la photo. Plus la vitesse que vous aurez choisie sera lente, plus la lumière ambiante sera présente longtemps.

Attention cependant : si votre valeur ISO est élevée, cela augmentera la puissance de votre flash mais aussi toute l’exposition de votre image. Le plus judicieux étant de prendre vos photo au flash avec une valeur ISO basse (100 ou 200)

 

6 - Savoir faire un "bracketing" ou HDR

La technique high dynamic range ou technique à haute plage dynamique, n'est pas des plus faciles à mettre en application, mais une fois correctement utilisée, elle permet de réaliser de magnifiques clichés.

La plage dynamique d’une photo ou plutôt de l’appareil qui l’évalue, c’est l’écart qu’il existe entre les plus hautes lumières et les ombres les plus sombres. L’oeil humain par exemple, possède une très grande plage dynamique, capable de déceler beaucoup de nuances entre les zones claires et les zones d’ombres.

La technique HDR consiste à prendre plusieurs photos d’une même scène sous différentes expositions dans le but de les combiner pour augmenter sa plage dynamique, et obtenir un rendu optimal. Les photos sombres sont combinées aux photos surexposées pour obtenir un cliché mettant mieux en valeur la luminosité de la pièce.

 

  • Résultat final :

Crédits Images : Meero

Cette technique peut cependant donner des rendus assez surréalistes, proches du dessin, avec une page dynamique bien plus élevée que celle de l’oeil humain. Attention donc à ne pas dénaturer le lieux que vous shootez.

Photo HDR au rendu surréaliste. Crédit Image : Bastien JANNOT-JEROME

 

7 - Connaitre les bases du home staging

Le homestaging fait réellement la différence lors de votre shooting et rien ne doit dépasser, à moins qu’une mise en scène soit demandée. Une pièce propre et bien rangée paraît plus neutre et beaucoup plus agréable à vivre dans la projection que pourrait se faire le client.

La lumière aura un impact considérable sur l'aspect général de votre pièce, et plusieurs éléments peuvent assombrir une photo : du parquet en bois sombre, une peinture foncée, de petites fenêtres… Ouvrez les portes pour aérer l’espace, et notez qu’une fenêtre ouverte peut parfois aussi donner une certaine ambiance à la photo, surtout lorsque le bien en question a la chance de donner sur une belle vue (océan, montagne, grande ville...).

Il est donc idéal d’utiliser des linges et des nappes de couleur claire : le blanc a pour particularité d’absorber et de réfléchir la lumière et de rendre ainsi la pièce plus lumineuse.

Crédit photo : Meero

Les miroirs peuvent également réfléchir la lumière venant de l’extérieur via les fenêtres, les baies vitrées ou les vasistas de la pièce. Ils ont aussi pour particularité d'agrandir les espaces.

Vous l’aurez compris, en tant qu’agent immobilier, il vous est indispensable de mettre la photographie au premier plan, pour avoir le maximum de chance d'interpeller les clients potentiels et de le décider à aller plus loin dans la découverte du bien, et si vous souhaitez aller plus loin, vous pouvez vous réferer aux 10 Conseils de PRO pour Booster vos Photos d’annonces immobilières.

Un site appelé “Terrible real estate agent photographs” prend d’ailleurs un malin plaisir à répertorier les pires photos d’annonces immobilières : c’est drôle, et il s’agit d’un incontournable pour parfaire vos photographies immobilières.

09 Jan 2018 par Oréline Bouteiller

Populaire

ART

La Color Factory débarque à New York (et va inonder Instagram) !

Le collectif Color Factory s'installe à New York pour une exposition à la fin de l'été. L'exposition très attendue s'intéresse aux couleurs de la grosse pomme à travers des expériences sensorielles uniques. En attendant l'ouverture du musée aménagé pour l'occasion, les habitants new yorkais peuvent déjà se promener sur la "Color Walk" dans les jardins du musée Smithsonian.

26 Jun 2018 par Alexandre Nessler

Articles similaires